Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Dans ma bulle livresque
  • Dans ma bulle livresque
  • : Dévoreuse de livres, tout les moments sont bons pour lire. Chaque livre est une fenêtre ouverte sur un mode de pensée différente, un autre monde, une autre réalité. Un livre me permet de m'évader, de me déconnecter de ce qui m'entoure ou de ce qui m'empli la tête. Je vous invite donc dans ma bulle personnelle, avec des avis tout aussi personnels qui n'engagent que moi ;)
  • Contact

Ma lecture en cours

Hate list

En Lecture Commune

Bannière Gr3nouille

Rechercher

Mes codes

Coup de coeur!!!!!

5.jpg

 

 

 

Excellent!!

4

 

 

 

C'est bon!

3

 

 

 

Bof, j'ai pas aimé

2.jpg

 

 

 

Nul!

1.jpg

Aussi présente sur :

i logo10

 

PL.jpg

 

MS.jpg

Dark-Ambiance.jpg

1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 00:50

Tout les 100 j'aime sur sa page facebook, Mlle.moon organise un concours. Et le prix, c'est vous qui le choisissez! Pour participer, cliquez sur le logo:

 

concours-200-j-aime.jpg

Repost 0
Published by Selena - dans Concours
commenter cet article
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 00:01

Un superbe concours : Un livre de poche au choix et deux marque-page. Pour vous inscrire, cliquez sur la bannière:

Concours-Nath.jpeg

Ouvert à la France et la Belgique

Repost 0
Published by Selena - dans Concours
commenter cet article
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 00:01

cover-copie-2503 Pages
10 Septembre 2003
Éditions Le Livre De Poche
7.10€ / 12,95$

Présentation :

8 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé.

Que se serait-il passé si l’École des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute-là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d’artiste ?

Cette minute-là aurait changé le cours d’une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde…

Mon avis :

Je ne me suis jamais posée de question sur Hitler. Je n'ai jamais réfléchi à ce que pouvait bien être l'homme derrière le pire massacre de l'histoire. Comprendre Hitler? Non mais, pfffff!! Pour moi, Hitler est un monstre, point. Sauf que si on réfléchit bien, personne ne vient au monde bon ou mauvais. On le devient. On fait face à des circonstances et des choix qui nous façonne tout le long de notre existence. C'est sur cela qu'Eric-Emmanuel Schmitt a joué. Il a construit deux récit en un.
D'une part, il y a Hitler, tel quel. Au départ, un être humain brisé dans ses rêves, mais habité par le déni, convaincu de sa supériorité et de son génie. Presque sympathique, ce que j'ai trouvé très perturbant, un malaise m'habitait, car je ne pouvais pas m'empêcher de le prendre en pitié. Puis, alternativement avec le récit de la vie d'Hitler, on rencontre Adolf H. qui a été accepté aux Beaux-Arts. Sa rencontre avec Sigmund Freud le guéri de ce qui parasite Hitler et Adolf H. s'ouvre au monde, s'épanouissant dans l'art, la sexualité et les amitiés. Attendrissant, mais j'étais trop troublée par ce que je ressentais pour le jeune Hitler.

Puis, petit à petit, à mesure que je tournais les pages, Hitler devient le monstre d'égocentrisme et de mégalomanie qu'on connaît et qu'on honnit. Et j'avais maintenant tout le loisir d'apprécier ce qu'il serait devenu s'il avait pu s'épanouir. Suis-je entrée dans une zone plus confortable? Non, car encore ici, j'ai trouvé déconcertant de voir qu'il aurait pu être tout simplement Adolf H. le peintre et de le voir côtoyer son double diabolique. Deux personnages, mais deux faces d'une même pièce de monnaie. J'ai beaucoup aimé la lumière des personnages féminins qui gravitent autour d'Adolf H. La relation avec Onze-heure-trente (un surnom qu'elle s'est donnée) est belle et atténue la partie obscure qui concerne Hitler. J'en venais à pouvoir supporter la partie "Hitler" grâce à la partie "Adolf H." qui est plus saine.

J'ai apprécié que l'auteur ne tombe pas dans la boucherie en ce qui a trait à Hitler. Qu'il m'épargne les camps de concentration, les chambres à gaz et les horreurs de ses partisans et exécutants, se bornant à écrire les scènes où Hitler donne ses instructions. C'est déjà assez pénible comme ça de voir ces ordres lancés sans aucune émotion, avec une froide implacabilité. J'ai aimé voir ce qu'aurait pu être le monde sans Hitler. L'auteur y a décrit quelque chose de possible, de plausible et n'a pas versé dans la bulle rose. La plume a quelque chose d'entraînant, de rythmée, surtout pendant les scènes de guerre ou très émotionnelles.

La dernière partie du roman, qui s'intitule "Journal", est celle ou l'auteur parle de ce qu'il a ressenti durant l'écriture de ce roman. Ça n'a pas l'air d'avoir été facile pour lui et si c'est difficile en tant que lecteur, je n'imagine même pas en tant qu'écrivain. Cette dernière partie est fascinante et jette un éclairage différent sur le roman.

Certes, ce fut une lecture déroutante, perturbante et j'ai ressenti un certain malaise en lisant cet ouvrage­. Mais c'est un roman qui fait naître plein d'émotions, de l'émerveillement à la haine. Il ne laisse surtout pas indifférent.
4-copie-1

Lu en lecture commune avec Maia, cliquez sur la bannière pour voir son avis :

Bannière les lectures de maia

Repost 0
Published by Selena - dans Historique
commenter cet article
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 00:01

c'est lundi-copie-1

D'après une idée de Malou, nous notons chaque lundi nos lectures de la semaine passée, notre lecture actuelle, et les lectures à venir cette semaine.

Les participants sont regroupés chez Galleane .


 

 

Sans titre-2

Ce que j'ai lu cette semaine? (Cliquez sur les couvertures pour voir l'avis^^)

 Corrompue Les enfants de l'an 2100 Le placard Je ne suis pas un serial killer cover-copie-159 

Sans titre-2

Ce que je suis en train de lire? (Un clic sur la couverture vous emmène direct sur la fiche chez l'éditeur!)

 cover-copie-2

Sans titre-2

Ce que je lirai ensuite? (Un clic sur la couverture vous emmène direct sur la fiche chez l'éditeur!)

Le-livre-perdu-des-sortileges.jpg

Sans titre-2

Et vous, votre programme cette semaine?

Repost 0
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 00:01

In My Mail Box

 

Ce rendez-vous hebdomadaire a été mis en place sur le blog The Story Sirens, et repris par Lilie, chez qui sont regroupés tous les participants.

 

Cliquez sur la couverture pour aller voir de quoi il retourne. Un clic sur la couverture vous ammènera sur la fiche de l'éditeur.

Sans titre-2

 Vinci et l'ange brisé Surle-point-de-craquer-.png Le-roman-de-Cassandra.jpg Portrait-d-un-Starters.jpg Premier-regard.jpg Le tournant de la vie Tout-est-fatal.jpg Les-lames-copie-1.jpg Un-meurtre-sera-commis-le-.-copie-1.jpg Le-dahlia-Bleu-copie-1.jpg Un-secret-trop-precieux.jpg Vampire et irrécupérable Le refuge de l'ange Lieutenant Eve Dallas Une princesse en dangerJe ne suis pas un serial killer

Et vous, qu'avez-vous reçu cette semaine?

Repost 0
Published by Selena - dans In my Mail Box
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 00:01

cover-copie-159160 Pages
12 Mai 1999
Éditions Fleuve Noir
4.64€ / 8,95$

Présentation :

A chaque génération, sa Tueuse. Sans elle, les vampires n'auraient pas d'ennemi à leur taille et submergeraient le monde. Aujourd'hui, c'est Buffy...

Nouvelle au lycée de Sunnydale, Buffy espère oublier les expériences traumatisantes vécues dans son ancienne école. En un mot, elle en a ras-le-bol des vampires! Mais si elle croit en avoir fini avec eux, les monstres n'en ont pas terminé avec elle.

A Sunnydale, un lieu chargé d'énergie maléfique, se prépare la Moisson, nuit terrifiante ou le Maître des vampires peut se libérer de sa prison et semer la terreur dans notre monde.

Volontaire ou pas, Buffy va devoir reprendre du service !

Mon avis :

Je me souviens encore quand je regardais religieusement Buffy Contre les vampires à la télé, adolescente. Pour moi, c'était LA série que je ne devais manquer sous aucun prétexte. Ce fut donc avec plaisir que je me suis replongé dans mes souvenirs avec ce premier tome de la série de livres inspirée de la série télé.

Si mes souvenirs sont bons, ce premier tome reprends très exactement les deux premiers épisodes de la série (Bienvenue à Sunnydale 1 et 2). En lisant le livre, des scènes des premiers épisodes me revenait très clairement en mémoire, un peu à la manière de flash-back. Alex qui se plante en skate-board, Cordélia qui insulte Willow (D'ailleurs, ça m'a frappée de voir à quel point elle était méchante dans les débuts de la série!) La bataille de Buffy dans le mausolée...

On retrouve l'humour un peu particulier, style pince-sans-rire, de la série et j'ai adoré! Certes, les personnages et les décors sont à peine esquissés, mais pour moi qui ai vu les épisodes plusieurs fois (J'écoutais même les reprises!) je n'ai eu aucun mal à tout me représenter. Car tout est exactement pareil que dans les épisodes, que ce soit les répliques, les décors...

Certes, ce n'est pas grandiose comme littérature, c'est simple, le vocabulaire est très basique et un peu simplet. Mais sérieusement, si vous avez été fan de la série télé, je vous le recommande sans hésitation! C'est pourquoi il a une note aussi haute pour moi^^!

4-copie-1

Lu en lecture commune avec :

Sans titre 14

Repost 0
Published by Selena - dans Bit-lit
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 00:01

Je-ne-suis-pas-un-serial-killer.jpg250 Pages
14 Avril 2011
Éditions Sonatine
18.00€ / 29,95 $

Présentation :

John Wayne Cleaver est un jeune homme potentiellement dangereux. Très dangereux. Jugez-en plutôt : garçon renfermé, pour ne pas dire sociopathe, il vit au milieu des cadavres à la morgue locale, tenue par sa mère et sa tante, il a une certaine tendance à tuer les animaux et, depuis son plus jeune âge, il nourrit une véritable passion pour les tueurs en série. Ainsi, son destin semble tout tracé. Mais conscient de son cas, et pas spécialement excité à l’idée de devenir un serial killer, John a décidé d’en parler à un psy et de respecter quelques règles très précises. Ne nourrir que des pensées positives à l’égard de ses contemporains. Ne pas s’approcher des animaux. Éviter les scènes de crime. Ce dernier commandement va néanmoins devenir très difficile à suivre lorsqu’on retrouve autour de chez lui plusieurs corps atrocement mutilés. Y aurait-il plus dangereux encore que John dans cette petite ville tranquille ? Aurait-il enfin trouvé un adversaire à sa taille ?

Mon avis :

John a 15 ans, vit avec sa mère, l'aide souvent à préparer les cadavres de la morgue et adore ça. Sauf que ce n'est pas un adolescent ordinaire. Il ne ressent aucune connexion avec les autres êtres humains, même sa famille, pas vraiment d'émotions et nourri une passion sans borne pour les serial killers. Il m'a fait penser à une version adolescente de Dexter, sauf qu'à la différence, il n'assume pas du tout son "démon intérieur". Il a bâti un mur de pierre autour de sa zone d'ombre et observe plusieurs règles qui l'éloigne de la tentation. J'ai beaucoup aimé ce personnage, qui a la répartie mordante et cynique. Il m'a fait sourire à plusieurs reprises.

Dès les premières pages, j'ai été emballée. Tout de suite après le premier meurtre, John sait qu'il a affaire à un tueur en série. Pour les avoir autant étudié, il sait que les meurtres vont pleuvoir si la police ne l'arrête pas et il ne peut s'empêcher d'être emballée par cette perspective. Là où j'ai moins accroché, c'est quand l'histoire prend une tournure fantastique, quand John découvre qui est le tueur et se décide à l'arrêter. Au début, je n'ai pas voulu y croire, j'ai cru que le narrateur (John) débloquait, puis je me suis fait une raison... j'aurais vraiment plus accroché si le livre n'aurait pas pris cette direction et serait resté un pur thriller. Peut-être parce que je ne m'y attendais pas du tout. La façon dont j'aborde un roman joue beaucoup dans mon appréciation et dans ce cas, je ne l'ai pas abordé comme il le méritait.

N'empêche, je lirai le deuxième tome avec plaisir, maintenant que je sais à quoi m'attendre!

3

 

Lu en lecture commune avec le Forum Mort-Sûre, vous pouvez voir les avis des participants en cliquant sur la bannière :

LC-Je-ne-suis-pas-un-serial-killer.jpg

Repost 0
Published by Selena - dans Fantastique
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 03:21

Le placard288 Pages
15 Août 2012
Éditions De Mortagne
16,95$

Présentation :

À douze ans, Léa se surprend à éprouver une attirance pour une fille. Instinctivement, elle refoule ses sentiments par peur de la différence.

À dix-sept ans, sa véritable nature s’impose de nouveau à elle. Mais Léa n’a pas changé d’avis : toute vérité n’est pas bonne à dire. En tout cas, pas toujours et, surtout, pas la sienne…

Elle choisit donc de vivre dans le mensonge, déchirée entre son désir de se dévoiler et celui de se cacher. Par crainte d’être pointée du doigt. Étiquetée. Mise à l’écart.

S’il fallait que sa famille, ses amis découvrent son secret… L’aimeraient-ils encore ? La rejetteraient-ils ? Seule Frédérique, sa copine, sait qu’elle est lesbienne. Mais leur amour naissant saura-t-il résister aux cachotteries de Léa ?

Dans un monde où l’on présume de l’hétérosexualité des enfants, il est souvent difficile de s’affirmer, de sortir du placard. Et ce, même si les mœurs ont évolué, même si plusieurs clament haut et fort qu’ils ne sont pas homophobes… Ce roman touche un sujet peu traité dans les romans pour adolescents : l’homosexualité féminine.

Mon avis :

Les préjugés sont tellement tenaces. Et les adolescent tellement durs à l'école, se moquant de qui est différent, qui n'entre pas dans le moule. Il ne faut pas s'étonner si la plupart des adolescents cachent leur homosexualité. Et les femmes homosexuelles sont très peu représentées dans les médias (télé, littérature, artistes, etc.). Pour cinq gays de nommés, il n'y a bien souvent qu'une lesbienne. Et Kim Messier est aux premières loges pour faire ce constat, car elle est enseignante au secondaire.

Elle a donc décidé d'écrire l'histoire (fictive) de Léa qui fait la découverte de son orientation sexuelle à douze ans, mais qui décide de la refouler. Elle se ment à elle-même, par peur du rejet de son entourage et de sa famille. Elle se considère comme anormale et tend plus que tout à la normalité. Sauf qu'à 17 ans, elle ne peut plus se voiler la face, suite à quelques évènements qui viennent la révéler à elle-même. J'ai trouvé cette adolescente très attachante. On fait de fréquents retours en arrière pour comprendre les bouleversements que cette adolescente a vécus, ses doutes, ses peurs, ses joies et ses victoires, mais surtout son combat contre elle-même qui est perdu d'avance et qui la détruit à petit feu.

L'écriture est empreinte d'une belle sensibilité. Écrit à la première personne, on plonge directement dans les pensées de Lea et on suit sa lutte intérieure, sans jamais tomber dans le mélodramatique. J'ai trouvé que le roman avait une justesse extraordinaire. Jamais je n'ai senti qu'on essayait de faire la morale ou de détruire les préjugés à tout prix. C'est un récit qui coule de source, qui se contente de raconter et laisse au lecteur la capacité de ressentir par lui-même et d'en tirer ses propres conclusions et réflexions.

Une très belle réussite! Un livre à mettre dans les mains de tous les adolescents, garçons ou filles, homosexuels ou hétérosexuels. Il devrait figurer dans les lectures imposées des cours de français au secondaire, tiens! Merci à l’auteur de m’avoir envoyé ce récit particulièrement touchant!

4-copie-1

Voici la bande-annonce :

Repost 0
Published by Selena - dans Contemporain
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 03:12

Les enfants de l'an 2100138 Pages
2012
Auto-Edition
1.19€

Présentation :

En 2100 sur les routes de l’hexagone, l’imprévu est toujours au rendez-vous pour les petits fugueurs. Pour le meilleur comme pour le pire...

Moi L’indien conte les (més)aventures d’Emilie et Benjamin, deux enfants d'une douzaine d'années perdus dans le monde des grands. De rencontres en courses-poursuites, d’espoirs en abîmes, les deux enfants poursuivront une ambition folle, un rêve qu’il n’est pas permis d’avoir.

Benjamin le parisien profite de la nuit pour faire les quatre cents coups. Emilie la provinciale s'ennuie ferme face à une mère qui la délaisse. En eux gronde une colère risquant de s’embraser pour ne plus jamais s’éteindre. Pourtant, les enfants vivent loin l’un de l’autre et ne se connaissent pas. Rien ne semble les prédestiner à se rencontrer. A moins que le hasard, ou bien un ange, n’en décide autrement...

Mon avis :

J'ai vu beaucoup de bonnes critiques sur la blogosphère et j'ai été enchantée quand l'auteur m'a contacté pour me faire découvrir cette trilogie. Malheureusement, ce livre n'a pas eu l'effet escompté sur moi, même si je vois un grand potentiel.

Premièrement, l'univers se situe en 2100 et j'ai cru que j'y trouverais plusieurs éléments d'un monde futuriste, mais l'univers est assez proche de notre monde d'aujourd'hui, peut-être en un peu plus dangereux. Si l'auteur n'avait pas précisé à plusieurs reprises qu'on se trouvait en 2100, je n'aurais pas vraiment pu deviner que ça se passait 90 plus tard. Mais, — parce que oui, il y a un mais à chacun des points négatifs que j'y ai trouvé, — l'histoire est accrocheuse et entraînante, ont suit des enfants qui se battent pour leur liberté, embourbés dans des structures parentales inadéquates.

J'ai aussi un avis mitigé sur les deux personnages principaux. Nulle part, il n'est fait mention de leur âge. Parfois je leur donnais douze ans, parfois moins, peut-être dix. Puis leur... libido, appelons ça comme ça, me faisait me dire qu'ils étaient peut-être un peu plus âgés, quatorze ans peut-être? Ça m'a dérangée. Qu'un personnage ai trente ans ou trente-quatre ans, il n'y a pas de grande différence et ça importe peu. Mais les enfants changent tellement vite, il évoluent tellement rapidement... un enfant n'est pas le même à dix, douze ou quatorze ans et ça m'a bloqué pour les imaginer, pour m'accrocher à quelque chose de tangible. Mais, ils sont réellement touchants. Comme je l'ai dit plus haut, ils ont des familles dysfonctionnelles et tentent par tous les moyens de se préserver psychologiquement. Ils sont pleins de ressources, d'espoir et de bravoure, désabusés et lucides tout en faisant preuve d'une certaine candeur. Une petite parcelle de leur enfance qui ne leur a pas été arrachée.

Pour finir, le style de l'auteur m'a dérangée. Je suis consciente que c'est une auto-édition et qu'il n'y a peut-être pas le travail d'un professionnel sur ce roman. Mais c'est beaucoup, beaucoup trop familier. "Y a" au lieu de "Il y a", "parait que" au lieu de "il parait que" dans la narration, ça me perturbe. Quand c'est dans les dialogues, j'adore, ça retranscrit notre parler. Mais dans la narration c'est autre chose et à la longue, j'ai trouvé ça lourd. Le langage populaire utilisé, avec des mots comme "graille", "roubignole", "confiote", "retoque", "ardal", "teushaze" (je n'ai d'ailleurs trouvé aucune définition pour ces deux derniers) et j'en passe, ne rejoint pas la Québécoise que je suis, ne font pas parti de mon langage courant et encore moins de celui que j'entends tous les jours, me faisant l'impression d'une langue étrangère. Le temps de narration est lui aussi perturbant. On ne peut pas passer du présent au passé pour un même temps de narration. Soit on conte l'histoire au passé, soit on conte l'histoire au présent et le passé est seulement pour les évènements du passé. "A laisser son esprit divaguer ainsi, on avait dépassé la plage. Il faut revenir sur ses pas, Brian râle." Les exemples sont malheureusement nombreuses et ont rendu ma lecture difficile. Pour finir avec les points négatifs, la ponctuation déficiente et les fautes d'orthographe m'ont achevée. Beaucoup de phrases auraient eu besoin de quelques virgules judicieusement placées pour faciliter la compréhension et éviter de relire deux fois la même phrase pour être certaine d'en avoir bien compris le sens. Mais l'auteur a su me surprendre — énormément — lors de passages empreints d'une belle poésie, et c'est ça qui m'a incité à poursuivre ma lecture et qui me donne envie de lire le deuxième tome.

Une bonne histoire, des personnages attachants et un style particulier, qui malheureusement souffrent de plusieurs lacunes.
2

Repost 0
Published by Selena - dans Science-Fiction
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 03:15

Corrompue475 Pages
31 Août 2011
Éditions J’ai Lu
7.60€ / 15,95$

Présentation :

La guerre sans merci que se livrent Duthrick et Tor Ryder pour la suprématie politique sur les îles menace de renverser toutes les valeurs de l'archipel : le peuple Ghemph, neutre depuis des générations, doit aujourd'hui prendre parti, car c'est la structure même de la citoyenneté qui est en jeu. Les Dustellois, jadis victimes de la magie de Morthred combattent leurs infirmités pour s'intégrer de nouveau au monde des humains... C'est dans ce malstrom. d'événements formidables que se débattent Braise Sangmêlé Flamme Coursevent et Kelwyn Gilfeather. Contre le terrible héritage laissé par Morthred, la seule option pourrait bien être l'anéantissement de toute magie !

 

Mon avis sur le tome 1 ICI

Mon avis sur le tome 2 ICI


Avis :

J'ai mis presque une semaine pour lire ce dernier tome de cette fantastique saga et ce n'est vraiment pas par manque d'intérêt!

Les Dustellois sont maintenant libérés du sort du Maître-Carme Morthred, qui les avait changés en oiseaux doués de raison. Mais à quel prix? Si les oiseaux volent, les humains non. Alors que partout dans les Iles Glorieuses les corps pleuvent et s'écrasent au sol, les habitants des îles en viennent à haïr la magie. La Carmine et la Sylves, ils ne font plus de distinctions. Kelwyn s'embarque avec Ryder pour trouver un remède à la magie et Braise part sauver Flamme, corrompue par le rejeton de Morthred qui se développe en elle. Ruath a suivi Flamme et ne peut que la voir changer sous ses yeux sans rien pouvoir faire. Car la seule solution pour supprimer le danger qu'elle est devenue serait de la tuer et il ne peut s'y résoudre.

Tour à tour, les narrateurs se succèdent. Kelwyn, Ruath, Braise et un nouveau personnage, Elarn, content à l'ethnologue ce qui s'est passé. J'avoue avoir été mêlée à quelques reprises me demandant qui racontait au moment de ma lecture, mais peut-être est-ce dû au fait que j'ai manqué de temps pour le lire et que je ne lisais pas beaucoup de page à la fois et prenant des pauses fréquentes. La relation de Flamme, mon personnagepréféré, et Ruarth laisse un goût amer et le coeur gros tout le long de l'ouvrage. Ces deux-là sont venus me chercher, j'ai trouvé leur histoire triste et belle à la fois. Ils m'ont fait vivre beaucoup d'émotions et la fin, concernant ces deux-là, m'a fait pleurer.

Alors que dans les deux tomes précédents, on voyait la correspondance de l'ethnologue qui m'avait fait peu d'effet dans le premier tome, un peu plus accroché dans le deuxième tome sans me satisfaire pleinement, ici c'est le journal d'Anyara qui nous ramène au présent et ça m'a vraiment accroché. Le fait que cette femme soit aussi curieuse, qu'elle veut en savoir autant que moi sur ce qui s'est passé, savoir où sont les Gemphs, connaître la nature du Grand Changement, avec espoir et non pas avec scepticisme comme l'ethnologue, a grandement joué à mon addiction pour ce roman.

La plume de l'auteur est toujours aussi directe, mais fluide. Elle décrit les Îles Glorieuses de manière stupéfiante, les comportements, les pensées et les émotions de façon bouleversante. Elle m'a complètement conquise durant ma lecture. À vrai dire, seule la fin m'a un peu déçue, me laissant un goût d'inachevée et de précipité, finissant abruptement pour nous donner quelques éléments seulement. Peut-être est-ce ces éléments même qui m'ont déçue, peut-être que j'en attendais trop...Malgré tout, elle a été d'une belle intensité émotionnelle et c'est avec un certain regret que je quitte cet univers fantasy.

En tout cas, une superbe saga à découvrir, un univers étonnant et des personnages attachants!!!

4-copie-1

 

Lu en lecture commune :

Bannière Michou

Repost 0
Published by Selena - dans Fantasy
commenter cet article